Publié le 5 juillet 2024

Nadège, consultante en cybersécurité au travers de sa société NA2CYB, nous parle aujourd'hui du rôle des femmes dans l'univers (encore très, très masculin !) de la cybersécurité. Elle a travaillé 5 ans au Ministère de la Défense, puis 10 ans en tant que RSSI au sein de la CPAM Loire-Atlantique. Elle accompagne tout type d’entreprise pour une meilleure prise de conscience de la cybersécurité et aide à minimiser au mieux les risques de cyberattaques. Interview.

Bonjour Nadège, peux-tu nous raconter comment tu es arrivée dans la cyber ?

"Avec un père informaticien, je suis tombée assez tôt dans le domaine de l’informatique et du numérique. J'adorais les romans d’enquête et d’espionnage depuis petite, et ayant une appétence pour les maths, je me suis dirigée vers des études de maths-informatique. J’ai d'abord obtenu un 1er master en cryptographie en 2006, puis un 2nd Master en Sécurité des Systèmes d’Information en 2007.

A l’époque, les métiers de la cybersécurité étaient encore peu développés, et il y avait encore très peu de femmes (dans mes promos, nous étions 2 femmes sur 20 élèves), on peut presque dire que je fais partie des premières femmes formées en cybersécurité en France !"

C'est quoi ton quotidien aujourd'hui ?

"Je conseille et accompagne des dirigeants, des responsables informatiques, des RSSI, et parfois des délégués à la protection des données (DPO), sur les aspects organisationnels (gouvernance, gestion des risques, conformité) et documentation de la sécurité des informations. Par exemple, je peux être amenée à aider à la réalisation ou la mise à jour de leur Politique de Sécurité des Systèmes d’Informations (PSSI), leur charte informatique, leur politique de mots de passe, leur procédure de gestion des incidents, ….

Je réalise aussi des audits internes organisationnels (ou états des lieux) pour évaluer l’état de maturité cyber du système d’information de l’entreprise."

En 2021, les femmes ne représentaient en France que 11 % des professionnels de la cybersécurité selon l’ANSSI. Quel est ton regard aujourd'hui sur la présence des femmes dans le secteur ?

"Clairement, on y rencontre encore une bonne majorité d’hommes ! Le cliché du hacker à la peau dure : un homme, geek, avec un sweat à capuche qui passe ses journées seul derrière son ordinateur, à coder, hacker...

Mais ça commence à évoluer. J’ai récemment été contactée par 2 femmes recherchant un poste d’alternante en cybersécurité, suite à une reconversion, cela prouve que les femmes commencent à s’y intéresser !

Et je suis adhérente du Cercle des Femmes de la Cybersécurité (CEFCYS), une association dont le principal objectif est de promouvoir et faire progresser la présence et le leadership des femmes dans les métiers relatifs à la cybersécurité ."

Qu’est ce qu’il faudrait pour attirer encore plus de femmes dans la cyber ?

"Faire découvrir et promouvoir la diversité des métiers en cybersécurité ! Par exemple, en proposant aux écoles des témoignages de femmes expliquant leur métier et leur parcours. Et expliquer qu’il n’est pas indispensable d’avoir une connaissance approfondie de la technique, moi, par exemple, je ne sais pas coder !"

Quelles sont d’après toi les forces des femmes dans l’univers de la cyber ?

"Comme dans la vie en générale, les femmes et les hommes sont complémentaires. Les femmes disposent de compétences uniques avec une vision différente des hommes, une autre manière d’aborder les aspects stratégiques, opérationnels et humains, avec souvent plus de rigueur et de pédagogie."

Un message aux femmes qui souhaiteraient se lancer ?

"Travailler dans le domaine de la cybersécurité, c’est passionnant et valorisant ! On aide les entreprises et les individus à se protéger face aux menaces croissantes de cyberattaques : on contribue ainsi à la construction d’avenir numérique plus sûr pour tous ... et pour toutes !"

Découvrir Hodi_Cyber